Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venise, premiers regards, mai 2008

6 Juin 2008, 12:54pm

Prendre un espresso à l’ombre du campo Santa Margherita où le Calcio est le sujet du jour et où s’anime le marché aux poissons et aux légumes. S’imprégner de la vie vénitienne sur tous ces campi de San Polo, Santa Croce, Canareggio, le long des petits canaux, d’une fondamenta ou des zattere de Dorsoduro.

Aller d’église en scuola et s’étourdir devant les miracles picturaux de Titien, Tintoret, Bellini, Tiepolo, Veronèse. Rester le nez en l’air pour s’apercevoir que les lions ailés ont pris la place des chats aux fenêtres des maisons, au fronton des palais en gothique fleuri. S’émouvoir de leur pierre vieillissante livrée aux marées de l’Adriatique.

Flâner, surtout flâner, se perdre infiniment dans ces ruelles où un chien passe à peine, coller son nez aux vitrines et prendre un masque pour miroir.

Entendre résonner la Marangona du campanile de Saint-Marc.

S’asseoir sur les marches des procuratie et écouter les concerts au Florian avant que le soleil quitte San Marco et imaginer Monteverdi et Vivaldi œuvrer en ce cœur même.

Sauter dans le vaporetto n°1 pour passer d’une rive à l’autre du grand canal et boire  la mouvance tranquille des Vénitiens.

Venise est vivante ! Elle ne s’endort pas dans un romantisme exalté. Venise vit sur les « paline » de son histoire, sur le rythme de ses canaux, de son Canal grande, de ses pêcheurs, de ses gondoliers. Il ne faut pas arriver à Venise en touriste, il faut la respirer en Vénitien.

  Ch Roucaute

Commenter cet article